Les personnes touchées par la schizophrénie ne sont pas du tout le reflet du portrait négatif qu’on leur appose socialement.

Au quotidien, via les médias, elles sont pointées du doigt et dépeintes comme étant dangereuses, violentes et instables. Dans la fiction, via les films, les livres et les séries télé, ce diagnostic est presque toujours donné à des personnages qui commettent des crimes. Une désinformation constante a lieu sur cette condition de santé mentale.

La réalité est pourtant contraire à tous ces préjugés : ce sont les personnes schizophrènes qui sont le plus à risque d’être elles-mêmes victimes d’actes criminels. Le fait que ce diagnostic soit autant démonisé les rend d’autant plus vulnérables, puisqu’elles sont hautement marginalisées et stigmatisées. 

Il est nécessaire de ne plus propager ces préjugés, qui nuisent grandement à leurs conditions de vie.

La schizophrénie n’est pas synonyme de violence.