Il y a énormément de normes de beauté liées à l’apparence des organes génitaux. Elles sont présentes quotidiennement et s’imprègnent dans nos mentalités, au point où de plus en plus de personnes sont complexées et ont recours à des interventions variées.

Que ce soit au niveau de la pilosité, de la forme, de la couleur, de l’odeur ou encore des pertes, tout est constamment jugé et catégorisé.

Par exemple, les vulves idéales selon ces standards sociaux doivent supposément être épilées intégralement, avec des petites lèvres symétriques peu visibles, sans odeurs et surtout sans pertes vaginales. Le contraire serait alors, selon ces normes ridicules, synonyme de laideur et de malpropreté. La réalité est pourtant complètement différente et ne correspond pas à toutes ces pressions toxiques qu’on nous balance. Les pertes vaginales, tout comme de légères odeurs, sont naturelles et normales*. Les poils ne sont pas sales, et ne doivent en aucun cas être obligatoirement rasés/épilés. Il s’agit d’un choix personnel qui ne doit jamais être imposé.

Il n’y a d’ailleurs pas que deux modèles exclusifs vulve/pénis. Il faut cesser d’invisibiliser et de stigmatiser les organes génitaux des personnes intersexes, tout comme il faut arrêter de définir les genres en fonction de ces organes. Toutes les personnes ont des organes génitaux différents, de tailles et de formes variées, et leurs identités n’y sont pas reliées.

*Certaines pertes vaginales et odeurs peuvent être des symptômes d’infections. En cas de doute, il est important de consulter un.e professionnel.le de la santé. Pour plus de détails sur les infections vaginales, vous pouvez cliquer ici.