Une personne qui présente visuellement des parties de son corps de son plein gré n’est pas vulgaire, agace et superficielle.

  Il faut cesser tous ces jugements de valeur qui sont basés sur des idées sexistes. Le double standard présent est extrême : les corps des hommes cis ne sont jamais policés et dégradés de la même façon que lorsqu’il s’agit des corps des femmes*. Au contraire, ils sont valorisés et célébrés, ou encore salués pour leur courage.

On insinue donc collectivement qu’il existe deux types de nudité : celle qui est respectable et celle qui ne l’est pas.

On juge et dévalorise les personnes qui se prennent elles-mêmes en photo pour des selfies, celles qui publient sur les réseaux sociaux. Pourquoi? Parce qu’elles ont l’air de vouloir attirer l’attention, parce que c’est supposément sexuel, parce que c’est de mauvais goût, parce que ça diminue la crédibilité, parce que c’est un mauvais exemple pour les jeunes.

Mais savez-vous ce qui nuit en réalité aux jeunes? Le fait de présenter les corps nus comme étant synonymes de sexualité, tout en conditionnant tout le monde à faire preuve de slut shaming. 

On apprend aux personnes que leurs corps et leurs apparences indiquent combien elles valent et qui elles sont. On préfère tout cacher et tout taire en mettant de l’avant des propos oppressifs qui relient l’apparence, la nudité, la valeur et la sexualité ensemble, plutôt que d’offrir une éducation sexuelle inclusive sur les notions de consentement.

Ce qui est profondément toxique, c’est justement de juger les autres pour ce qu’iels choisissent de faire avec leurs propres corps. C’est simplement une manière de démoniser et d’hypersexualiser la nudité. Ça crée des tabous, qui génèrent des conséquences sur la vision qu’une personne a d’elle-même et d’autrui.

Le slut shaming est une méthode pour culpabiliser et stigmatiser les individus pour leurs physiques. Ça brouille les notions de consentement, ainsi que les bases même du respect.

Un corps nu n’est jamais synonyme de sexualité, ni de consentement. *Toutes les personnes qui ne sont pas des hommes cis sont incluses dans le propos lorsque le mot femmes est mentionné : personnes non binaires, agenres, genderfluid, hommes trans, etc.