La dysmorphophobie est un trouble de santé mental sérieux, qui ne doit jamais être banalisé. Il ne s’agit pas d’un caprice superficiel, ni d’un choix.

Les personnes touchées par cette condition ressente des émotions extrêmement puissantes et péjoratives envers une ou des parties de leur propre corps, qu’elles perçoivent d’une manière irrationnelle, déformée et généralement très loin de la réalité. Ces ressentis sont envahissants et deviennent sources d’obsessions qui prennent une énorme place au centre de leur vie.

La perception de soi est centrée autour de défauts, qui peuvent être imaginaires ou dans certains cas, hallucinés. Leur vision d’elleux-mêmes est donc très difficile à tolérer.

Même si ces pensées et certitudes en lien avec leur apparence ne sont pas entretenues par autrui, il s’agit d’une détresse bien réelle qui ne doit pas être invalidée.

L’anxiété peut être très grande et provoquer d’autres types de troubles de santé mentale, comme les troubles alimentaires, les troubles obsessionnels-compulsifs, la dépression, etc.

Il ne faut jamais ridiculiser le vécu, les perceptions et les sentiments d’une personne qui est touchée par la dysmorphophobie. Leur estime personnelle ainsi que leur valeur est souvent calculée en fonction de ces choses. Elles doivent être écoutées et encadrées pour obtenir une aide appropriée à leurs situations. Leur souffrance est réelle et ne doit pas être négligée, tout comme leur bien-être et leur vie entière.